L’Acupuncture : Le Pouvoir des Aiguilles

Un Peu d’Histoire

Considérée comme un art de guérir par les Chinois, l’acupuncture est apparue en Occident au XVIIe siècle. Son enseignement et sa pratique ont commencé à se développer en France à partir des années 1930, mais ils ont souffert de sa conception empirique. Vers les années 1980, une formation plus complète, associant la médecine chinoise à la médecine occidentale, s’est développée. Il faudra attendre le début des années 1990 pour qu’en France, étudiants et praticiens puissent se former à toutes les disciplines théoriques.

Aujourd’hui, l’acupuncture peut prétendre à une plus large diffusion grâce à la conjonction de plusieurs facteurs : l’ouverture de la Chine à l’Occident, certaines difficultés rencontrées par la médecine moderne face à de multiples pathologies et le désir de nombreux malades de se soigner plus naturellement.

Pourtant la situation apparaît contradictoire. Dans certains pays, les praticiens acupuncteurs exercent sans aucune difficulté. Ailleurs, comme en France, leur présence est tout juste tolérée…

Le Bien-Etre des Individus Avant Tout !

Partie intégrante de la médecine chinoise, l’acupuncture ne laisse rien au hasard. Psychisme, physique, tout est examiné : attitude du patient, couleur du teint…

Cet « art de guérir » a pour avantage de toujours étudier le physiologique qui détermine les carences ou les surplus d’énergie d’un individu : de fréquents accès de colère peuvent être, par exemple, le syndrome d’un foie malade ; tout comme des excès de joie, celui d’une maladie du cœur… Ainsi, par le travail des aiguilles, une approche globale du patient et le respect de l’Energie, l’acupuncture aidera à rétablir l’équilibre, et à soigner l’origine du mal et de la maladie.

Si les USA ont reconnu les bases scientifiques de l’acupuncture et son efficacité contre certaines pathologies bénignes telles que les douleurs, les nausées ou les crampes, l’Institut de la santé des Etats-Unis y voit, malgré tout, une interprétation tout à fait limitée.

Pourtant, en Europe, et notamment en France, l’acupuncture s’est modernisée. Elle a très vite fait la séparation entre une application dite scientifique et une application plus traditionnelle. D’où une multiplication des docteurs en médecine spécialisés « acupuncture » qui, après un diagnostic occidental, utilisent l’acupuncture comme application thérapeutique.

Mais cette incohérence pose des problèmes de résultats. Car si pour la médecine chinoise, le syndrome est plus important que la maladie, en Occident, le médecin traitera la maladie sans se soucier de ses origines.

S’il est vrai que l’acupuncture ne soigne pas et ne guérit pas de toutes les maladies, il est prouvé que de nombreuses douleurs et infections se sont résorbées par l’implantation de ces petites aiguilles aux vertus positives.

La Médecine Traditionnelle Chinoise

Elle créé une distinction pour les trois sortes de maladies :

  • Les maladies qui montent : maux de tête, vomissements…
  • Les maladies qui bloquent : rhumatismes, douleurs plus ou moins fixes…
  • Les maladies qui descendent : dépression avec de multiples causes et de multiples effets. De nombreux traitements tiennent compte de tous les paramètres selon le phénomène, rattaché à des fatigues comme le baby blues par exemple, car les femmes, après une grossesse, sont dans des états d’extrême danger dû à l’affaiblissement négligé par la médecine occidentale. Ainsi, des formules bien précises et certains aliments combattent tous ces problèmes.

La notion d’énergie est vitale.

Les bases de l’acupuncture sont constituées par deux notions très particulières : l’Energie, T’chi, et l’existence de zones cutanées, Tsing, communément appelées Points. Ces derniers sont répartis sur le corps humain en trajets linéaires, les Méridiens, sur le parcours desquels il est possible, à l’aide d’aiguilles, d’obtenir une action sur l’énergie, le Qi, pour mieux la rééquilibrer.

Les Chinois comparaient volontiers l’Energie vitale à l’eau (ou à l’air). Tant que le cours reste régulier, il apporte la vie, la richesse aux riverains. Sinon, ils subissent inondation ou sécheresse. Il s’agit là d’une perturbation dans le débit. Qu’un produit toxique y soit déversé, qu’une pollution s’y développe, le fleuve charrie alors la maladie et la mort : il s’agit d’une perturbation de la qualité. A la suite d’un ralentissement du cours de l’eau, un dépôt toxique peut s’amasser dans les méandres et les obstruer ; le fleuve est tari et pollué en aval pendant qu’en amont il se trouve en crue, elle même cause de pollution…

En acupuncture, la notion de « bonne santé » répond à cette même notion de circulation « ordonnée » de l’Energie, circulation qui peut se trouver menacée en cas de perturbations de cette Energie. D’où la maladie…

Que Soigne l’Acupuncture ?

Un point d’acupuncture stimulé créé une contraction qui fait circuler la zone endormie, et la gymnastique chinoise Qi gong et Tai chi, de la même manière, va faire circuler les énergies pour éviter les dépôts turbides. Si l’acupuncture soulage les douleurs les plus diverses comme les dysménorrhées, la migraine, l’arthrite…, elle n’en reste pas moins une véritable médecine préventive et curative pour la stérilité, les vertiges, l’insomnie, la sinusite, la dépression, la constipation, les calculs rénaux ou les entorses.

Le champ des pathologies n’est en aucun cas restreint. Et si aucune médecine n’est miraculeuse, l’acupuncture tente de rétablir et rééquilibrer les déficiences énergétiques, causes de nombreux maux et maladies.

L’Existence des Méridiens : Mythe ou Réalité ?

Depuis la remise en question des méridiens d’acupuncture par Felix Mann, ancien président de la Medical Acupuncture Society, aucun chercheur n’a pu prouver leur existence. Pourtant, dans les traités chinois, on constate que le nombre des points d’acupuncture n’a cessé de croître depuis les deux derniers millénaires.

Réalité ou mythe, comment se fait-il que l’acupuncture fonctionne dans certains cas ? Par l’intermédiaire des circuits nerveux ? Il est décrit, dans certains ouvrages, que des paraplégiques auraient retrouvés plus de 50% de leurs facultés motrices grâce à l’acupuncture. Les points d’acupuncture correspondraient-ils donc aux terminaisons nerveuses ?

  • L’Institut Chuzhen de médecine chinoise et d’acupuncture

10 Boulevard Bonne Nouvelle, 75 010 Paris. Tél : 01 48 00 94 18. Site internet : www.chuzhen.com

Né en 1992, l’Institut Chuzhen propose un enseignement correspondant à celui des Universités et Instituts chinois. Les étudiants européens peuvent ainsi bénéficier d’une formation authentique, leur permettant d’appréhender la nature globale et systématique des théories de la médecine chinoise ainsi que leur valeur scientifique tant dans le domaine de la thérapie et de la prévention, que dans l’application des techniques d’entretien de la vie.

    Leave Your Comment