Fixer des objectifs réalisables

Les parents doivent faire confiance à leur enfant et considérer qu’il est capable de gérer une situation même si elle semble difficile (sans pour autant le surestimer.

C’est ce regard aimant et confiant qui conforte l’enfant dans son envie d’expérimenter de nouvelles choses, de dépasser un peu ses limites, d’explorer le monde qui l’entoure.

Le danger est de se montrer trop exigeante avec son enfant. Avoir de l’ambition et vouloir le meilleur pour lui, c’est bien, mais dans la limite du raisonnable.

S’il ne parvient pas à faire ce qu’on lui demande, il se sent en situation d’échec, pense décevoir ses parents et ne pas être à la hauteur de leurs espérances. La bonne mesure est donc de lui demander un peu plus que ce qu’il est capable naturellement de faire, afin de le motiver, de l’inciter à aller de l’avant, sans lui demander l’impossible.

En l’encourageant (« Je te regarde, je sais que tu peux y arriver tout seul »), les parents lui expriment leur confiance et l’enfant se sent plus sûr de lui, porté par l’amour de son papa et de sa maman.

Ne pas hésiter à lâcher du lest et à lui faire confiance !

Dans les trois premières années, il faut accepter de laisser s’éloigner l’enfant pour le rendre autonome, en évitant de trop l’assister.

Les parents sont pour lui un point d’ancrage affectif stable et rassurant. Il peut s’éloigner, tenter ses expériences sans craindre de le perdre.

Laissez-le ainsi attraper seul ses jouets, ne l’aidez pas dans ses moindres mouvements. Il faut que le bébé trouve seul les bons équilibres, apprenne à évaluer les distances, fasse les bons gestes. Il peut y arriver seul, l’essentiel est qu’il sente qu’il est soutenu et que ses parents ont confiance dans ses capacités à y arriver.

"/>

Quand l’Autonomie de Votre Enfant Passe par la Confiance

petit garçon. jpg

Ne lui interdisez donc pas de prendre des risques (mesurés, bien sûr). Laissez-le essayer, mais montrez-lui que vous êtes là en restant près de lui.

Il est également important d’être patiente et de lui laisser le temps nécessaire pour qu’il fasse les choses seul, qu’il s’habille sans vous, prenne ses repas. Ce temps « perdu » aujourd’hui, c’est son apprentissage de l’autonomie et du temps gagné demain.

En outre, l’apprentissage de l’autonomie passe par la responsabilisation.

Lui confier des petites tâches à accomplir régulièrement, comme nourrir le poisson rouge tous les soirs, lui montre que vous lui faites confiance et le valorise énormément.

Dans le même esprit, apprenez à lui laisser de temps en temps le choix : « Quel pull préfères-tu ? » ; « Piscine ou cinéma ? »

Enfin, laissez-le gérer un peu tout seul les situations inhabituelles, lorsqu’il a oublié quelque chose par exemple. Le laisser faire l’effort de mobiliser lui-même sa mémoire et ses ressources est bon pour son autonomie.

Bien se débrouiller au quotidien, c’est être mieux armé pour affronter le monde.

Apprendre à dire non : l’autorité n’est pas l’autoritarisme

Etre à l’écoute de son enfant, c’est aussi être capable de lui poser des limites claires à ne pas franchir, et lui expliquer pourquoi elles ne doivent pas être franchies.

Par exemple, il est bon de lui faire comprendre que la nuit, il n’a pas à se relever dix fois : « Maman et Papa doivent dormir, la journée ils travaillent, il faut qu’ils soient en forme demain pour aller avec toi à la piscine… »

Il faut faire accepter les frustrations au bébé, en ne répondant pas systématiquement et immédiatement à ses moindres désirs.

    Leave Your Comment